Cime de l'Agnel (2927 m) le 07 Août 2010
Du Lac de l'Agnel jusqu'à la Cime de l'Agnel.

Le sommet du Pélago se dévoile à l’approche du haut de ce versant. Nous montons encore et franchissons la croupe, à plat. Un peu de répit. Nous virons sur la gauche en direction d’un large couloir herbeux. Nous sommes en haut d’un vallon qui mène directement au Lac des Sagnes et au refuge. Un  névé coupe le sentier.

Jean est devant, je fais une courte halte pour attendre Jean-Louis qui peine. Nous remontons une combe emplie de gros blocs entre lesquels il faut se faufiler ou « escalader ».  Le sommet est tout proche. Le chaos rend la progression difficile. Les cairns sont toujours les bienvenus. Des petites mares en contrebas luisent au soleil.

Je prends le temps d’observer et remarque un couple de Lagopèdes en contrebas, non loin des mares. Ils se faufilent et disparaissent dans les rochers. La vue est dégagée sur le versant ouest de la Cime de la Malaribe et porte jusqu’aux cimes de Cougourde. Nous nous dirigeons maintenant vers la crête en parcourant une zone herbeuse.

La pente est vraiment raide, nous suivons une vague sente marquée au sol. Nous approchons de la crête et virons vers le sommet. Nous nous dirigeons vers la base d’une arête rocheuse issue du sommet. Il n’y a rapidement plus d’herbe, que des roches où arrivent, malgré tout, à pousser des Leucanthèmes blancs et roses. Le sommet est tout proche et il faut puiser dans ses ressources pour l’atteindre !

Nous avançons à travers et sur des blocs stables et atteignons le sommet (2927m) vers 14h. C'est un petit espace quasiment plat avec des blocs élevés en muret. La vue est plongeante sur le Lac de l'Agnel et panoramique à 360° tout autour. Le panorama est grandiose et vaut largement le déplacement.

Au sud-est le Gélas et le St Robert avec aupremier plan la Malaribe, le Cayras et les Caïres de Cougourde. Gros plan sur le massif du Gélas, imposant vu d’ici. A l'ouest le Caïre de l’Agnel tout près, le Pélago au loin à gauche, la Tête de la Ruine et le Guilié sur la droite. De l'ouest au nord la longue crête de la Tête de la Ruine à l'Argentera (Ruine, Guilié, Brocan, Bastione, Baus, Nasta, Paganini, Argentera) et le Viso au loin.

Gros plan sur le sommet du Guilié (atteint en 1998), un mètre au-dessous des 3000, et dans le prolongement sur sa droite, mais en Italie, le Brocan qui lui dépasse les 3000. Dans la continuité, toujours en Italie, le Baus avec la pointe de Nasta sur sa droite, la Cima Paganini et le massif compact de l’Argentera. Enfin les sommets italiens proches, de l’Asta Soprana à la Cima del Oriol avec au bout la Cima del Lausetto.